28 avril 2016

Guillaume Loizillon

Guillaume LoizillonGuillaume Loizillon vit et travaille à Paris. Compositeur et musicien intéressé par tous les autres médias, il demeure indépendant et toujours attiré vers des expériences et des développements artistiques nouveaux : musiques électroniques, improvisation, poésie sonore, installations, rencontres interdisciplinaires avec des plasticiens ou des chorégraphes , arts en réseaux… Il est maitre de conférences au département demusique de l’université Paris 8 et co-fondateur du label indépendant trAce label.

Guillaume Loizillon lives and works in Paris. Composer and musician attracted by many other media, he remains independent and unceasingly attracted towards new experiments and artistic developments. Electronic music, sonic arts, improvisation, poetry, installations, intermedia meetings, net art… He is lecturer at the music department of the University Paris 8 and cofounder of the independent label trAce label.

trAce 042 - Guillaume Loizillon / Costis - Éclat éclair
trAce 042 – CD – 2016
Cardboard sleeve
Buy CD

Éclat Éclair

 

1. Rituel de la foudre (1993) 9:17
2. Éclat éclair (2006) 17:23
3. Alphabet (2006) 1:53

Costis: Poem and voice
Guillaume Loizillon: music

Rituel de la Foudre was realized in 1993, using recordings of Costis’ sculptures, Paris 1992, Galerie J & J Donguy.

“Éclat éclair (light-lightning) is the title of Costis’ last poem which illustrates by a clairvoyance with no appeal the notion of availability of the being to identify at the most acute moment of consciousness. This is really an existential exercise in the most mental and spiritual sense of the term. The phenomenon reflects very deeply a secular morality at a human scale: gymnastics of the being and the electric field, which means the electric nature of the universe. What Costis tries to prove through the different devices of his creation, is this possibility at the same time undetermined and endless to which the nature of the sky and of the earth sends us to: the revelation of ourselves.” Pierre Restany, excerpt from: The electric field and its secret , Paris, 1994.

De 1979 à 1983, Dièse 440 s’est exclusivement produit en concert : le dispositif sonore du groupe était un système de diffusion multicanaux de dix haut-parleurs, répartis autour du public et d’une colonne centrale multidirectionnelle. Le dispositif visuel était constitué de diapositives, projetées sur un écran sphérique (ballon météo).
From 1979 to 1983, Dièse 440 had their output exclusively in concert: the group worked with a multichannel system of 10 loud speakers, distributed around the public and on a central multidirectional column. The visuals were comprised of slides projected on a spherical screen (meteorological balloon).

trAce 031 - Dièse 440 - 1979-1993
trAce 031 – Enhanced CD – 2012
6 flaps sleeve, 12,5 x 18 cm

Buy CD

Dièse 440

1979-1983

 

1. Bokal Intro
2. Trame-larsen
3. Deux trains
4. Ptéros
5. L’ancêtre (in memoriam)
6. Vocalise
7. Yeah
8. Jungle grave
9. Curé solo
10. Avizi-vizeurn
11. Industrie fourmis
12. Météo
(Live at Théâtre Dunois, Paris, November 1981)
13. G.S.S.A.
14. Jingle

Vidéos
Deux Trains
Yeah !
Réalisées par Sylvain Bélot en 2011 à partir des diapositives originales des concerts de Dièse 440.
Directed by Sylvain Bélot in 2011 using original slides of the concerts of Dièse 440.

Rodolphe Blois : Magnétophones, montages et mixages de bandes / tape recorders, editing and mixing of tapes.
Michel Bertier : Mellotron préparé, contrebasse / Prepared Mellotron, double bass.
Guillaume Loizillon : Synthétiseurs, vocodeur, bandes magnétiques / Synthesizers, vocoder, tapes.
Claude Micheli : synthétiseurs, séquenceur, G.S.S.A* / Synthesizers, sequencer, G.S.S.A*
Sylvain Bélot : Images et projections / visuals and projections.
Soutiens « logistiques » / «Logistical» supports: Bernard Micheli, Georges Rémond, Christian d’Aiwee…

Enregistré entre 1979 et 1983 au Studio du Bokal (Bagnolet, France) et au cours de différents concerts du groupe. Montage mastering 2011 : Guillaume Loizillon, Patrick Müller, à partir des bandes originales de Dièse 440.
Recorded between 1979 and 1983 at Bokal Studio (Bagnolet, France) and during various concerts of the group. Master editing 2011: Guillaume Loizillon, Patrick Müller, using the original tapes of Dièse 440.

*G.S.S.A. (Générateur de Sons Semi-Aléatoire), appareil électronique construit par Claude Micheli. / Semi-Random Sound Generator, an electronic device built by Claude Micheli.

trAce 030 - Guillaume Loizillon - Intermix
trAce 030 – CD – 2010
Cardboard sleeve
Buy CD

Intermix

 

1. Chambre claire
Soloists: Guillaume Loizillon, harpsichord. Laurent Saiet, guitar.
2. Figures actives
Soloist: Andrew Crocker, trumpet. Hervé Zénouda, percussions.
3. Landing
Soloist: Hervé Zénouda, percussions.
4-5. Double sens
Soloist: Thierry Madiot, trombone.
6. Corridors
Soloist: Claude Parle, accordion.
7. Créatures
Soloist: Noël Ackchoté, guitar.
8. Décalage
Soloist: Patrick Müller, VCS3.

This album was recorded in Paris between 2007 and 2010. Each piece is a meeting between one or two instrumentalists and an electroacoustic sequence. Several improvisations were recorded by each soloist which were then selected, mixed, and, for some, treated electronically by the composer.

trAce 016 - Guillaume Loizillon - Automates
trAce 016 – CD – 2003
Buy CD

Automates

 

1. Origines
2. Logomotif
3. Bref séjour dans l’éther miné
4. Instant de Markov
5. Turbulences
6. Petite conscience
7. Sommeil
8. Horloge et poussière
9. Étoile mécanique

Enregistrement et mixage à Tracelab Studio (2000-2002).
Recording and mixing at Tracelab Studio (2000-2002).

Mechanization and onirism.
Automates is the third CD of Guillaume LOIZILLON for trAce label.
Although the style remains completely recognizable, the music, like each one of its works, approach a new territory and proposes an original sounding experiment. The musical sources of the disc use techniques of automatic musical composition.
Important instrumental interventions, to the flute or to the electric guitar,enrich the sonic process and introduce the dimension of the musical play and its breathing. They thus moderate the arid mechanism of the initial proposition. Some vocal appearances, also contribute to this taking of distance with automation. Thus, the desire is not simply to allow proceeding of musical algorithms. But, on the contrary, while keeping them present in listening, to corrupt them and attract them, after a long editing work, towards turbid regions and more poetic hopes.

« Comme une traversée de l’Achéron conduite par Charon, il nous est proposé ici un parcours sonore imaginaire et inhabituel, ponctué de sons de synthèse et d’interventions musicales électriques. Cette musique est à respirer : se laisser faire, aller à tout prix, clore à demi les paupières… Au départ algorythmiques, les processus biaisés de musique générative de Loizillon permettent d’enrichir une proposition musicale à priori aride pour en faire un foisonnement sonore et narratif ; comme un voyage en terre étrangère […] La voix spectrale de Gaston Bachelard souligne définitivement le propos du disque : analyser les processus de création poétique… » Octopus (2003)

trAce 012 - Joël Hubaut / Guillaume Loizillon - Epidemik-Text-Text-Nowtechno
trAce 012 – CD – 2000
Cardboard sleeve
Buy CD

Epidemik-Text-Text-Nowtechno

 

1. EPIDEMIK-TEXT-TEXT-NOWTECHNO

Joël Hubaut: text, vocal
Guillaume Loizillon: sound treatment

20 minutes non-stop performance recorded during the event: 3>contre<1
October 22, 1999, L’Échangeur, Bagnolet.

trAce 011 - Guillaume Loizillon - Imposture
trAce 011 – CD – 1999
6 flaps cardboard sleeve
Buy CD

Impostures

 

1. Nymphe amie
2. Hasard objectif
3. Série
4. Menace
5. Redon-danse (dense)
6. Localisation
7. Vitesse de l’oubli
8. La taupe
9. Sale affaire
10. Action commerciale
11. Petite guirlande à méditer soi-même
12. Trousse de survie
13. Chant d’honneur
14. Imposture en blanc
15. Logomanie
16. Oiseau de moyenne augure
17. Ni cieux ni lettres
18. Analogie

Musicians: Étienne Brunet, Laurent Saïet, Franck Grosmaire, Anne Gouraut, Hélène Avice, William Bird, Benjamin Ritter, Guillaume Loizillon.

« Autant vous le dire tout de suite, Imposture est un titre imposteur. Évidence d’un véritable travail sur l’interaction que mots et sons entretiennent, Imposture ressemble bien à sa jaquette: le sexe d’une femme, photographié puis dupliqué sur toute l’étendue des trois volets et recolorisé, si bien qu’il en devient abstrait, vidé de son sens, épuisé à force de n’être pas érotique. Une image trafiquée montre le passage de l’organique et du sulfureux au motif, au papier peint. Il en est de même du travail de Guillaume Loizillon sur la multi-dimensionalité du son : texture et couleur se donnent en écoute pour elles-mêmes, pour elles seules, débarrassées dans un premier temps de sens immédiat. Point de signification cachée, la seule règle est l’écoute absorbante, la plongée en apnée dans l’intimité du timbre, la caresse de la peau du son, de son grain. Sur cette musique sensuelle et évocatrice, viennent mourir des mots à peine formés, des sons encore inorganisés, numérisés parfois, des sons d’avant la naissance du mot intelligible : éructation, effet d’annonce, lacunes et bégaiements, détournements sémantiques, silence rompu et regretté… Les emprunts littéraires ne sont d’ailleurs pas anodins : Marcel Duchamp, Carl Gustav Jung, Julien Blaine, les maîtres de l’informulé. Le dispositif musical – minimal, tendu et déterminé – allie acoustique, électronique et informatique. Il permet la rencontre émouvante des mots-simulacres et des sons faux-semblants, des duperies sonores et des calembours bruitistes. L’ensemble demeure parfaitement servi par les musiciens Etienne Brunet, Laurent Saïet, Frank Grosmaire, Anne Gouraut. Guillaume Loizillon invente ici la métonymie du bruit, la synecdoque de la clarinette, la prétérition de la contrebasse… Comme la peau du lait oublié sur le feu : mélange de gourmandise et de doux dégoût; le disque fonctionne ainsi. « Comme la rencontre d’une machine à coudre et d’un parapluie sur une table d’opération » (Lautréamont), le disque s’écoute ainsi. » S. H., Octopus

trAce 001- Guillaume Loizillon - Tous les instants se ressemblent
trAce 001 – CD – 1994
Buy CD

Tous les instants se ressemblent

 

1. Quelques nuits
2. Au-delà des fenêtres
3. Ailleurs
4. Extra-muros
5. Chaque minute…
6. Calligramme
7. Les villes que j’ai vues
8. Dialecte
9. Paraboles
10. Midsummer…
11. Was It A Cat I Saw?

Musicians: Guillaume Loizillon, Franck Grosmaire, Laurent Saïet, Étienne Brunet, André Férole, Hervé Franck Bachelier, Christian d’Aiwee.

« La musique de Guillaume Loizillon est un parcours transversal à travers le rock, le jazz, les musiques du monde et la musique électroacoustique. Ses sources d’inspiration en sont la ville et l’écoute du monde, telle qu’elle nous parvient à travers les réseaux de communication, avec leur dramaturgie spectaculaire et équivoque. Une musique aux accents tantôt baroques, tantôt en proie à la fluidité d’une mer d’huile, complexe et virulente, un art complet, entre création pure et technique de demain. » Glaz’art

Voir aussi / See as well Various artists

→  Guillaume Loizillon