Guillaume Loizillon – Automates

8,00

CD – trAce 016 – 2003

Musique électronique. Entre machinisme et onirisme. Les sources musicales du disque utilisent des techniques informatiques de composition musicale automatique et des sons de synthèse, enrichies par des interventions vocales et instrumentales.
Electronic music. Mechanization & hallucinosis. Musical sources of the disc use techniques of automatic musical composition with important instrumental & vocal interventions.


Track listing:
Origines

Logomotif
Bref séjour dans l’éther miné
Instant de Markov
Turbulences
Petite conscience
Sommeil
Horloge et poussière
Étoile mécanique

UGS : trAce 016 Catégorie :

Description

Projet conçu et réalisé du 26 décembre 2002 au 30 avril 2003, à la maison Dureault à Beaune, à Paradinas’s home à Aix-en-Provence et au studio La Rotonde à Châtenay-malabry.

Machinisme et onirisme.
Automates est le troisième CD de Guillaume LOIZILLON pour TRACE LABEL. Bien que son style reste éminemment reconnaissable, il s’agit, comme pour chacune de ses réalisations, d’aborder un territoire musical différent et de proposer un parcours imaginaire et sonore original.
Les sources musicales du disque utilisent des techniques informatiques de composition musicale automatique et des sons de synthèse.
De loin en loin, d’importantes interventions instrumentales, à la flûte ou à la guitare électrique, enrichissent les sonorités et introduisent la dimension du jeu et sa respiration. Elles tempèrent ainsi le mécanisme aride de la proposition de départ. Quelques apparitions vocales, contribuent également à cette prise de distance. Ainsi, le désir n’est pas de laisser se dérouler simplement les algorithmes musicaux. Il s’agit au contraire, tout en les gardant présents dans l’écoute, de les corrompre et de les attirer, par un long travail de montage-démontage, vers des régions aux espérances plus troubles et poétiques. L’automate mécanique cède alors le pas à l’automatisme verbal et sensoriel du demi-rêve. La musique oscille alors entre les pôles d’un système machinique et onirique mû par une mécanique qu’alimenterait une énergie pataphysique.

Mechanization and onirism.
Automates is the third CD of Guillaume LOIZILLON for “TRACE LABEL”.
Although the style remains completely recognizable, the music, like each one of its works, approach a new territory and proposes an original sounding experiment. The musical sources of the disc use techniques of automatic musical composition.
Important instrumental interventions, to the flute or to the electric guitar,enrich the sonic process and introduce the dimension of the musical play and its breathing. They thus moderate the arid mechanism of the initial proposition. Some vocal appearances, also contribute to this taking of distance with automation. Thus, the desire is not simply to allow proceeding of musical algorithms. But, on the contrary, while keeping them present in listening, to corrupt them and attract them, after a long editing work, towards turbid regions and more poetic hopes.

« Comme une traversée de l’Achéron conduite par Charon, il nous est proposé ici un parcours sonore imaginaire et inhabituel, ponctué de sons de synthèse et d’interventions musicales électriques. Cette musique  est à respirer : se laisser faire, aller à tout prix, clore à demi les paupières… Au départ algorythmiques, les processus biaisés de musique générative de Loizillon permettent d’enrichir une proposition musicale à priori aride pour en faire un foisonnement sonore et narratif ; comme un voyage en terre étrangère […] La voix spectrale de Gaston Bachelard souligne définitivement le propos du disque : analyser les processus de création poétique… » Octopus (2003)

Informations complémentaires

Poids 150 g

Vous aimerez peut-être aussi…