BRIGANTIN – La fièvre de l’indépendance

36,00

Coffret tissu jaune, estampage noir
3xLP 
+ livret 8 pages 20×20 cm
Purple tissue box, silver stamping
3xLP 
+ booklet 8 pages 20×20 cm
2013

Conny Bauer: trombone.
Johannes Bauer: trombone.
Barry Guy: double bass.
Jean-Noël Cognard: drums, percussion.

La rencontre foudroyante de cinq musiciens d’exception.
The startling encounter of five exceptional musicians.

En stock

UGS : Bloc Thyristors Vinyles 0110/20/30 Catégorie :

Description

Vinyle 1
Face A

Esclandres et troubles (quartet)
Hauts-fonds (quartet)
Racines toxiques (duo JB/JNC)
Les bateaux se disloquèrent (duo BG/JNC)
Face B
Multiples aptitudes (trio JB/BG/JNC)
Tractations (duo CB/JB)
La flottille de l’expédition (quartet)
Vaste région inhabitée (solo BG)

Vinyle 2
Face A
Courant fort avec des tourbillons (duo CB/JNC)
Vaines férocités (quartet)
De grands arbres à l’écorce aromatique (solo BG)
Désireux de se mutiner (quartet)
Escarpements tortueux (trio CB/BG/JNC)
Face B
Eau de toutes parts (quartet)
Nuit obscure (quartet)

Vinyle 3
Face A
(sur) La proue et la poupe (quartet)
Éblouir les imaginations (solo BG)
Face B
Enceinte fortifiée (duo JB/BG)
Répandues à profusion (quartet)

Disques 1 et 2 enregistrés les 20 et 21 février 2012 à l’Auditorium du Conservatoire de Châtenay-Malabry.
Disque 3 enregistré le 21 février 2012 en public aux Instants Chavirés, Montreuil – France.
Prise de son et mixage : Patrick Müller au studio Pierre Schaeffer.
Graphisme coffret et étiquettes vinyles : Mika Pusse.
Conception livret intérieur : Thierry Müller.
Photographies et texte livret : Philippe Renaud.

Co-production: Disques Bloc Thyristors/Trace label

Conny Bauer, trombone. Johannes Bauer, trombone. Barry Guy, double bass. Jean-Noël Cognard, drums. Another meeting organised by Mister Jean-Noël Cognard. Here he got some of the best European free improvisation musicians. A very nice yellow box with 3 LPs recorded in 2012, studio and live. Including a serie of photos from Philippe Renaud. Recorded and mixed by Patrick Müller. Limited to 300 copies.
Released in 2013 but recorded in February 2012 is this improv sprawler featuring bassist Barry Guy and French drummer Jean-Noël Cognard, whose Disques Bloc Thyristors label is responsible for this cloth-boxed, triple vinyl luxury. The rest of the mass is taken up by the trombone-playing Bauer brothers, of whom Johannes sadly passed away this past May. The first two discs were recorded in studio at the Conservatory of Chatenay-Malabry while the third was captured live; a sequencing that implies a trajectory between the group’s opening murmurs and the dying sighs of the live show, but hopes of a rich and eventful narrative are to be dashed. It takes big balls and/or grand delusions to put something like this on triple coloured vinyl where other improv estuaries like the Petit label favour CDRs for their ephemerality, but the Bitches Brew Sessions this ain’t I’m sorry to say and the ‘all at once’ approach of side 3 is in fact the final destination.
The trombonists are the best barometer of the state of play: either a ruddy-cheeked conviviality or a dour and long-winded listlessness. They talk over one another on side one while Barry Guy gets mesmerised by the skittering of his own fingers. By contrast, Cognard’s playing suggests a good deal more at stake – perhaps because he stumped up the readies. His playing is the most varied, whether drumming circles around the others to give shape to things or capriciously instigating a new pace and direction, but all too often it’s in vain. As is so commonly the case, this event is a drunken group photo: exposing the full mechanics of interactivity, where everyone’s dead keen on taking their style ‘to the limit’: Side A’s 6am calisthenic beginnings with pizza dough string stretching and shaping; lots of breathy, burbling, growling and politely parping trombones and a promising spell of low register bass and breath harmonics suddenly collapsed by a promising drum-led freak-out that pummels through to the end of side B. This vignette is the first in a series of abortive outbursts that threaten to kick the sluggish ensemble into gear, like a moment of 4/4 rock bombast on side C that seems set to take us somewhere when suddenly…”
The Soundprojector

 

Quand Miles Davis enregistra la bande-son du film Ascension Pour L’Échafaud de Louis Malle, son groupe improvisa presque librement (Davis venait de prédéfinir des accords et le tempo) tout en regardant les séquences de film simultanément, puis une approche révolutionnaire. Cet album fonctionne ici dans l’autre sens, il est également librement improvisé et les titres font référence au film d’auteur de Werner Herzog «Aguirre – La colère de Dieu», une fable sur l’impérialisme et l’orgueil mettant en vedette l’acteur mégalomane mais brillant allemand Klaus Kinski. Les noms des pistes ont été ajoutés plus tard, mais néanmoins la musique fonctionne également comme une bande son.
Brigantin est le titre de travail d’une autre réunion organisée par Jean-Noël Cognard pour les Thyristors du Bloc. Avec Johannes Bauer, Conny Bauer, Barry Guy et lui-même à la batterie, Cognard a obtenu certains des meilleurs musiciens européens d’improvisation libre. Le résultat est le free jazz old school européen à son meilleur. Les frères Bauer sont simplement de grands instrumentistes, des maîtres absolus au trombone, capables de jouer les plus étranges gammes et riffs. En association avec Barry Guy, le parrain des bassistes britanniques free jazz, et les percussions de Jean-Noël Cognard, qui sont évidemment influencées par Paul Lovens et Paul Lytton, vous obtenez un accord parfait.
Structurellement, l’album est encadré par trois quatuors, les six autres en constituent l’épine dorsale et, entourés de solos, de duos et de trios, ils constituent les temps forts en musique et en composition. Les deux premières, “Esclandres et troubles” et “Haut-Fonds”, symbolisent les émeutes, les troubles et les eaux peu profondes auxquelles l’expédition doit faire face, tandis que la piste finale “Répandues à profusion” est maintenue ensemble par les triffones de Conny Bauer que les autres peuvent improviser librement. C’est bien une profusion de notes et de sons répandue, mais ce n’est pas idyllique, c’est une nature hostile où l’homme est perdu (dans la dernière et la plus célèbre scène, Aguirre / Kinski est le seul survivant sur son radeau expliquant ses plans de conquête à un groupe de singes écureuils). L’album est plein d’une variété de sons sombres: klaxon, gargouillis, cawing… Les autres favoris sont “Tractations”, un magnifique duo de trombones des frères Bauer, qui semblent se disputer joyeusement comme ils auraient pu le faire à leur enfance (l’un des moments les plus sombres de cet album), et Barry Guy. / Le duo Jean-Noël Cognard “Les bateaux se disloquèrent”, un torrent de flageolets, de courses à la basse sauvage, de sciage et de percussions sophistiquées comprenant du matériel étendu, où vous pouvez littéralement ressentir la panique de l’expédition dans le film lorsque leurs bateaux ont été balayés. les inondations.
Martin Schray

Informations complémentaires

Poids 1200 g

Vous aimerez peut-être aussi…