6 novembre 2020

Denis Lavant

Denis LavantDenis Lavant, né en 1961 à Neuilly-sur-Seine, commence sa carrière par le mime et le théâtre de rue avant de se perfectionner en suivant les cours de Jacques Lassalle au Conservatoire. On le voit pour la première fois dans le téléfilm de Luc Béraud intitulé L’Ombre sur la plage. A 21 ans, il décroche son premier rôle au cinéma dans Les Misérables d’Hossein. Il se fait remarquer par des réalisateurs célèbres comme Patrice Chéreau et  Diane Kurys. Il devient même l’acteur fétiche de Léos Carax. Dès 1999, sa carrière semble boostée puisqu’il multiplie les tournages. En 2008, il se glisse dans la peau de Charlie Chaplin dans le film Mister Lonely de Harmony Korine et interprète le personnage du Capitaine Achab dans le film homonyme de Philippe Ramos. Par la suite, il retrouve Carax pour son film Holly Motors. ce dernier film est d’ailleurs acclamé par la critique lors de sa présentation à Cannes, en 2012, et Denis Lavant se voit nommé aux César 2013 dans la catégorie meilleur acteur pour son rôle dans le film. Denis Lavant a joué dans plus de 60 films et plus de 60 pièces de théâtre depuis le début de sa carrière.

Denis Lavant (born 17 June 1961) is a French actor known for his distinctive face and the physically demanding aspects of the roles he plays, which often involve slapstick, acrobatics or dance, as well as for his long-standing association with director Leos Carax. Lavant has played the lead role in all but one of Carax’s films. Lavant is also known for his roles in Claire Denis’ Beau Travail, and Harmony Korine’s Mister Lonely.
Lavant was born in Neuilly-sur-Seine, Hauts-de-Seine, in France. At 13, he took courses in pantomime and the circus, fascinated by Marcel Marceau. He trained at the Paris Conservatoire under Jacques Lassalle, and began his professional career in 1982 in theatre, acting in Shakespeare’s Hamlet and The Merchant of Venice. In 1982 he appeared in the television film L’Ombre sur la plage, before playing the minor part of Montparnasse in Robert Hossein’s Les Misérables, which was entered into the 13th Moscow International Film Festival where it won a Special Prize. He appeared in several further minor roles before making his breakthrough in 1984 as the lead in Boy Meets Girl, playing a depressed, aspiring filmmaker who falls in love with a suicidal young woman. The film marked the directorial debut of Leos Carax, with whose films Lavant has been associated ever since.

Vents – Denis Lavant / Patrick Müller / Quentin Rollet – trAce 055
trAce 055 – CD – 2020
6 flaps cardboard sleeve, 125 x 180 mm
Buy CD

 

Vents – Denis Lavant / Patrick Müller / Quentin Rollet – trAce 055
Vents – Denis Lavant / Patrick Müller / Quentin Rollet – trAce 055

Vents

 

Vents (38:02)

Denis Lavant: voice
Patrick Müller: electrosonic
Quentin Rollet: alto and sopranino saxophones

Artwork: Thierry Müller

Coproduction: BISOU / trAce label

La composition de Vents est inséparable de ce paysage sauvage et revigorant de Seven Hundred Acre Island, l’île privée de Béatrice Chanler située sur les côtes du Maine. Régulièrement invité chez les Chanler à partir de 1942, Seven Hundred Acre Island  est donc l’un des lieux de prédilection du poète durant son exil américain. C’est là où sera achevé le poème ébauché depuis quelques mois. Mais il est également imprégné de toute une intense fréquentation d’autres paysages américains marquants (Arizona, Texas, Colorado) que découvre Perse lors de voyages entrepris en cette année 1945, et dont le poème gardera trace. Perse est littéralement fasciné par le gigantisme et la force des éléments géologiques qui se déploient sous ses yeux, et c’est avec frénésie qu’il y collecte les matériaux de son poème, comme en témoignent les archives conservées à la Fondation Saint-John Perse. Certes, le poème appelle des terres très lointaines, il institue un chant de la conquête humaine de l’espace, mais on peut effectivement y déceler tout un panorama de ces paysages américains que vit le poète avec ferveur : s’étendent des horizons à la mesure d’un souffle ample, et où l’appel à repousser les limites connues s’accorde au pas de l’homme. Cependant, l’attention du poète ne s’arrête pas aux paysages conçus comme réceptacles d’un imaginaire, ce sont aussi les hommes qui les peuplent qui suscitent son très vif intérêt. C’est le cas en particulier pour les Indiens (notamment les Navajos), dont les pratiques chamaniques marquent son esprit, jusqu’à constituer un motif essentiel de l’accès à la connaissance telle qu’elle est présentée dans le poème.

Saint-John Perse a toujours accordé à Vents une importance particulière dans son œuvre. Ce poème fut sans doute le moins accessible au lecteur français parce qu’il ne fut, à la demande même du poète, publié tout d’abord qu’en édition de luxe de grand format, à tirage limité entièrement numéroté.

Denis Lavant a choisi d’interpréter « Vents », d’une façon qui lui est propre, emphatique, théâtrale et extraordinairement habitée. A partir de cet enregistrement fait en une seule prise, Patrick Müller, avec l’aide de Quentin Rollet au saxophone, a habillé ce long poème, d’une manière qui n’a rien de convenu ou d’illustratif : A partir de motifs abstraits, il sculpte la matière sonore en accumulant de façon subtile traitements électroacoustiques qui viennent considérablement enrichir et renouveler ces 38 minutes d’une grande puissance évocatrice. L’expérimentation y est constante, sans pour autant prendre le pas sur le texte et la voix toujours étonnante de Denis Lavant.

– – –

Denis Lavant has chosen to interpret “Vents” in an emphatic, theatrical and extraordinarily lively way. From this recording made in one take, Patrick Müller, with the help of Quentin Rollet on saxophone, accompanied this long poem, in a way that is not at all easy or illustrative: he sculpts the sound material by accumulating in a subtle way electroacoustic treatments which considerably enrich and renew these 38 minutes of great evocative power. Experimentation is constant there, without however taking precedence over the text and the always astonishing voice of Denis Lavant.

WikipediaFacebook